Les jardins permanents

Dans votre déambulation dans le Festival des jardins, vous pourrez découvrir trois jardins permanents qui se visitent toute l’année à la Saline royale.


Jardin Zen

Kare-san-sui littéralement ‘Montagne – eau – sec’, c’est le nom que l’on donne au japon à un style de jardin conçu dans les monastères bouddhistes zen pour la pratique de la méditation. Métaphore de paysage maritime, où montagne (Yang) et eau (Yin) se conjuguent, ces jardins généralement enclos, se déploient devant la façade du pavillon d’où le méditant les contemple. Espaces métaphysiques, ces tableaux tridimensionnels sont évocation et hommage à la Nature Mère, à l’harmonie Universelle et leur contemplation propice à la quête d’élévation spirituelle. C’est dans ce sens que j’ai créé le jardin de la Gabelle, un espace de quiétude, une bulle intemporelle à l’écart du tumulte du monde.

Erik Borja


Habitat nature

En 2018, la Saline a réservé ce terrain à l’architecte Luc Schuiten pour une occupation de longue durée, afin de lui permettre de mener des expérimentations sur des modes de construction écologiques.
Cette démarche fait écho à la ville idéale de Claude Nicolas Ledoux. En cela, elle répond à une thématique intemporelle et durable : celle de construire des lieux de vie en parfaite adéquation avec l’environnement naturel et local, avec des matériaux renouvelables, bio-sourcés et une empreinte carbone positive.
Le jardin comporte une Kerterre de cinq mètres de diamètre réalisée à partir de mèches de chanvre trempées dans un mélange de chaux et de sable. La structure en bambou a donné le gabarit.

Conception de la KerTerre : Luc Schuiten et Evelyne Adam
Structure en bambous de la KerTerre : Déambulons
Réalisation KerTerre : Evelyne Adam, Adèle Marsal, Christine Durupt, Solène Portes, Aziliz Gonnet, Klara Malbrain
Bénévoles KerTerre : Alain Costerg, Adrien Boulhaut, Marine Jacquot, Simon Battaglia, Grégory Cuenot, Fanny Rambaud, Karine Terral, 
Baptiste Chaillet, Axel Sonesi, Etienne Chauvin et Marie-Christine 
Jacquet,Chloé Vichard
École réalisatrice du jardin : Lycée agricole Edgar Faure - 
Montmorot (39)
Partenaires : Eurochanvre - Gray (70), Géochanvre - Lézinnes (89)

Dédale

Dédale est le fruit d’une réflexion esthétique de l’artiste Gilles Picouet qui vise à revisiter la mythologie du labyrinthe en le transformant en espace de jeu convivial. Entre oeuvre architecturale et sculpture, le labyrinthe Dédale instaure un rapport entre le corps et l’espace. Le visiteur est ainsi confronté à une succession de panneaux manipulables, tantôt ouverts, tantôt fermés, où il peut créer son propre parcours.
Produite par Le Pavé Dans La MareDédale est une oeuvre appartenant à la Ville de Besançon depuis 2011 prêtée pour une durée de 10 ans à la Saline royale.
Pour cette oeuvre, l’entreprise Mantion, mécène de Dédale spécialiste en systèmes coulissants, a développé un système consistant à faire pivoter les panneaux du labyrinthe à angle droit. Mantion assure aujourd’hui la maintenance technique de l’oeuvre.

ARTISTE : Gilles Picouet
PRODUCTION : Le Pavé dans la Mare
FABRICATION - MÉCÈNE : Entreprise Mantion, Besançon
PROPRIÉTAIRE : Ville de Besançon