Les Jardins

PLAN DES JARDINS 2017

 

Découvrez également : Les écoles participantes

 DESCRIPTIFS DES JARDINS 2017

> Hergé et Tintin

Conception : Guillaume AIMON, Guillemette FAGES – Ecole du paysage de l’INSA-CVL

Réalisation : Lycée de Fayl Billot (52)

Artiste : Les oizeaux de passage – Odius Makoma

Le premier jardin qui ouvre le festival 2017 est une véritable immersion dans l’œuvre d’Hergé. Il offre la perspective et le génie du créateur condensés en quelques ambiances végétales. Dès l’entrée, nous invitons le voyageur à traverser la forêt des scouts, époque où Hergé a commencé à croquer le personnage de Tintin sous le nom de Totor. Ensuite, nous entrons dans la ‘’maison’’ d’Hergé où les ambiances végétales permettent de s’imprégner des premières aventures de Tintin. S’en suit une ouverture sur un paysage géométrique, symbole de la passion d’Hergé pour l’art abstrait. Ce jardin se veut être un résumé de l’œuvre, un écrin artistique, une immersion dans l’imagination de l’auteur et une invitation à l’aventure.


> Rastapopoulos

Conception : Pauline BRAJON, Valentin BURDLOFF, Kevin GAUTHIER, Anatole LASSEUR, Mélina VILLEFER – École de la Nature et du Paysage

Réalisation : Lycée de Metz, Courcelles-Chaussy (57)

Artiste : Vanly Tiene

Le jardin de Rastapopoulos montre la dualité entre le personnage public, producteur de cinéma et la part obscure, le marchand d’armes, de drogues, d’art et chef d’un réseau de contrebande. Le jardin se construit ainsi en deux espaces de natures différentes. Dans le premier, la végétation méditerranéenne ordonnée montre l’image publique bien rangée du trafiquant. Ici, le visiteur est confronté à une perspective géométrique où la volonté de l’Homme ordonne la végétation. Le second espace montre la part d’ombre du trafiquant, il s’agit en fait d’une interprétation de ce que pourrait être son entrepôt de marchandise. Ici la végétation devient exubérante, véritable repère pour cacher ses multiples recels accumulés au fil de ses voyages.Vue d'ambiance Rastapopoulos


> Le général Alcazar

Conception et réalisation : Lycée Olivier de Serres, Quétigny (21) – Académie des arts Appliqués (21)

AlcazarAlcazar, le général aux mille visages, incarne de multiples personnages. Il est un jour le terrible Alcazar, tyran de San Theodoros, qui met en échec les révolutions et mate les comploteurs, tout en jouant aux échecs avec Tintin. Il devient ensuite Ramon Zarate, lanceur de couteaux, avec sa folle arrogance, vêtu de son flamboyant costume et accompagné de son brave comparse Chiquito. Il évolue en star du music-hall suite à la prise de pouvoir de son ennemi de toujours : le général Tapioca. Il est également le révolutionnaire de la jungle San Theodorienne accompagné de ses fidèles, mais trop grands amateurs de whisky « Loch Lomond » : les Picaros. Il est une autre fois un Turluron parmi la foule festive du carnaval de « Los Dopicos », caché, costumé, masqué parmi les corps mouvant dans la musique tonnant dans les rues de la capitale, ville blanche écrasée par le soleil, où les armes à la main, il reprend le pouvoir à Tapioca une énième fois.


> Smak

Conception : Evologia, Cernier (Suisse)

Réalisation : Evologia, Cernier (Suisse) – Lycée horticole, Grenoble Saint Ismier (38)

Qui d’autre que le professeur Tournesol mérite un SMACK de tous les visiteurs de la Saline Royale et bien sûr de la Castafiore. Ce jardin traduit la vive émotion ressentie par le professeur Tournesol suite au baiser de Bianca Castafiore. Un jardin de fleurs blanches en sculpture, des parterres de rosiers qui garnissent le sol du jardin central avec un panache de fleurs colorées rouges… rouge à lèvres qui va faire rougir le professeur Tournesol !


> Tchang

Conception : Lycée Olivier de Serres, Quétigny (21) – Académie des arts Appliqués (21)

Réalisation : Lycée Olivier de Serres, Quétigny (21) – Académie des arts Appliqués (21) – CFA de Saone et loire (71) – Les compagnons de Mouchard (39)

Ce jardin est la traduction de l’amitié profonde qui liait Hergé et Tchang. Dans un univers à l’ambiance asiatique, le visiteur est invité à vivre l’émotion de l’amitié avec force. Pur, ouvert et aéré, ce jardin met en exergue les sentiments au travers des différentes ambiances asiatiques et européennes, telle la fumerie d’opium ou encore le fauteuil rouge qui trône au milieu d’un massif fleuri.


> Mais où est passé Abdallah ?

Conception : Lycée horticole, Grenoble Saint Ismier (38)

Réalisation : Lycée horticole, Grenoble Saint Ismier (38) – CFPPA, Fayl Billot (52)

Artistes : Guillaume Duc

Farceur, joueur et surtout capricieux, le jeune prince Abdallah n’en finit jamais de faire tourner en bourrique le monde qui l’entoure. Inspiré de ces facéties, le jardin d’Abdallah offre un retour en enfance où la végétation et les éléments constituants le jardin font se sentir tout petit. Passé la porte d’inspiration mauresque, le visiteur est appelé à jouer à la marelle sous les platanes en découvrant çà et là, crayons de couleurs et dés géants. Un jardin coloré où différentes ambiances végétales se côtoient, tantôt luxuriantes, tantôt désertiques.Microsoft Word - Document1


> Bianca Castafiore : Ciel mon jardin !

Conception : Pierre Emmanuel JARRIER, Dominique LOT, Charles PETIT-IMBERT de l’ESAJ, Camille PAILLER (ITIAPE)

Réalisation : Maison familiale et rurale, Les Fins (25) – CFPPA, Fayl Billot (52)

Conception et réalisation artistique : Lycée Jacques Duhamel (39) – Lycée professionnel Ferdinand Fillod (39) – Lycée des métiers de la céramique Henri Moisand (21)

CastafioreBianca Castafiore est une cantatrice mondialement reconnue. Narcissisme, goûts de luxe, profusion de bijoux, apparence glamour, attitudes exagérées et superficielles, le jardin traduit ce côté théâtral au travers d’une scénographie végétale. Les visiteurs vivront une aventure singulière lors de la traversée du jardin où écrans végétaux, vues sur les espaces, montées et descentes et assises ombragées rythment ce jardin à l’accent théâtral. Sur scène, il est permis de défier la célèbre cantatrice sur le terrain des vocalises au travers de créations acoustiques insolites.


> Le capitaine Haddock

Conception : Maison familiale et rurale, Chargey-les-Gray (70)

Réalisation : Maison familiale et rurale, Chargey-les-Gray (70) – Lycée du Bois de Mouchard (39)

Quoi de mieux que de prendre en main la barre de La Licorne pour partir à l’aventure en compagnie du capitaine Haddock ? Inspiré des tribulations et de l’addiction du personnage le plus outrancier des Aventures de Tintin, ce jardin cache un trésor sous les pas des visiteurs. Végétation exotique, voile auvent, hublots et longue vue, tout est réuni pour explorer le monde à travers ce jardin haut en couleurs, reflet de la personnalité mythique de ce capitaine hors du commun. A l’abordage !


> Dupont & Dupond : Enquêteurs en herbes

Conception : Lucas BOUVARD, Vincent HURON, Tristan MARY (HEPIA)

Réalisation : Lycée Saint Joseph (25)

Tintin, le capitaine Haddock et Tournesol sont perdus au Pérou ! Les Dupondt sont à leur recherche grâce à la radiesthésie. Les Dupondt se sont donc naturellement dirigés vers la Saline royale mais alors qu’ils y cherchaient Tintin, ils s’y sont perdus! Le jardin se présente comme un labyrinthe. Les entités végétales sont autant d’obstacles fleuris qu’il faut contourner. Au sein de ces structures, des objets appartenant à l’univers des Dupondt sont cachés : chapeau melon, pendule, cravate, portefeuille… le jardin se transforme alors en jeu de piste, pour le plaisir des petits et des grands.

Enquêteurs en herbe


> La malédiction de Rascar Capac

Conception et réalisation : EPLEA Valdoie (90)

Artistes : Guillaume Duc, Vanly Tiene

Rascar CapacLe dernier jardin de cette 17ème édition invite à vivre la magie Inca de la momie de Rascar Capac. Ici, le visiteur pourra prendre place sur le trône au coeur même du temple de pierre orné de motifs Inca. Cependant la malédiction subsiste parmi la végétation luxuriante où le spectre de la momie de Rascar Capac rôde au sein même d’un tunnel végétal.Croquis Rascar Capac.jpg


> Le jardin zen d’Erik Borja

Conception : Erik Borja

En marge de la thématique d’Hergé et Tintincôté jardin, le festival des jardins accueille cette année Erik Borja pour une créationoriginale d’un jardin zen situé sous les fenêtres du bâtiment de la Gabelle. Ce jardin est un lieu de calme et de contemplation selon les inspirations japonaises. Le minéral s’impose au centre du jardin, entouré d’une strate végétale tel un écrin qui invite à la méditation.